Didactiques et humanités
 /  Didactiques et humanités

Sous la direction de Isabelle Huot et Emmanuel Triby

Parution : Décembre 2020
Format : 16 x 22 cm / 264 pages

Ouvrage papier : 18 euros – ISBN 979-10-91901-41-3
Ouvrage PDF : 14 euros – ISBN 979-10-91901-42-0
Pack (ouvrage papier & PDF) : 20 euros – ISBN 979-10-91901-43-7

Contenu : L’analyse de l’activité est aujourd’hui au cœur des recherches en sciences humaines et sociales. Pourtant, rares sont les travaux qui portent sur l’activité de recherche elle-même ; non pas la démarche de recherche, non pas le métier, ses caractéristiques, mais l’activité, comme toutes les activités humaines ; une activité spécifique pourtant, une activité composite et variable, une activité différenciée suivant les champs et les temps de la recherche. Une équipe du Laboratoire Interuniversitaire en Sciences de l’Éducation et de la Communication (LISEC) propose aujourd’hui une enquête exploratoire sur différents objets composant l’activité du chercheur.
Faisant écho aux enseignements des études nationales et internationales sur cet objet, la première partie présente une série d’enquêtes – quantitatives et qualitatives – présentant les caractéristiques sociodémographiques et institutionnelles de l’activité du chercheur et de son parcours professionnel, ainsi que sur les représentations et conceptions qu’en produisent les chercheurs eux-mêmes.
Une deuxième partie tente de saisir le travail réel que le chercheur opère à partir des prescriptions et des contraintes qui pèsent sur son activité. L’engagement du chercheur trouve alors son sens en termes de compétences mobilisées, de la place décisive de l’écrit dans cette activité, de la documentation à la publication, mais également dans le déploiement de son activité d’enseignement.
Dans la 3ème partie, différentes modalités d’implication du chercheur apparaissent comme autant d’interactions agissant à la fois sur les méthodes et les pratiques de la recherche, et sur ses résultats. La part de subjectivité irréductible dans la recherche prend différents visages comme autant de façons de se remettre au cœur de la recherche.

Auteurs : Vanessa Boléguin, Louis Durrive, Mélodie Faury, Stéphane Guillon, Isabelle Houot, Sophie Kennel, Nathalie Lavielle-Gutnik, Hugues Lenoir, Charlyne Millet, David Oget, Magali Roux, Mary Schirrer, Daniel Schmitt, Michel Sonntag, Emmanuel Triby

Sous la direction de : Abdeljalil Métioui, Ghislain Samson et Yves-Claude Lequin

Parution : mars 2013
Format : 16 x 22 cm / 208 pages

Ouvrage papier : 18 euros – ISBN 978-2-914279-70-3
Ouvrage PDF : 13 euros – ISBN 978-2-914279-71-0
Pack (ouvrage papier & PDF) : 20 euros – ISBN 978-2-914279-73-4

Contenu : Ce livre s’adresse à tous ceux qui (enseignants, didacticiens, formateurs, parents, etc.) s’intéressent aux conditions dans lesquelles la science s’est développée au cours de l’histoire, et aux possibilités d’en tirer parti pour une meilleure compréhension des élèves.
Dix chapitres exposent d’abord plusieurs traits de l’histoire des sciences, avant d’aborder la genèse de certains concepts en chimie, biologie, physique et mathématiques, et de proposer des pistes favorisant un tel apprentissage. Les auteurs suggèrent un enseignement qui amènera les jeunes à réfléchir sur les conditions (politique, économique et sociale) dans lesquelles la science progresse. Ils mettent aussi en avant des considérations d’ordres épistémologiques et philosophiques. Une telle réflexion les amène à considérer la science comme une activité humaine et à établir un certain parallélisme entre les conceptions des jeunes et celles développées au cours de l’histoire. Cette approche historique permettra aussi aux éducateurs de relativiser les erreurs de leurs élèves, voire de s’en saisir, en les considérant comme autant d’indices d’une difficulté qui nécessite de développer des stratégies pédagogiques qui ne relèvent pas uniquement de l’aspect logico-mathématiques des sciences.

Auteurs : Jocelyn R. Beausoleil, Michel Bélanger, Félix Bouvier, Alain Essaddam, David Guillemette, Corneille Kazadi, Yves-Claude Lequin, Fathi Matoussi, Simone Mazauric, Abdeljalil Métioui, Donatille Mujawamariya, Lucie Ouimet, Ghislain Samson, Louis Trudel

sous la direction de Eric Monnin, Jean-François Loudcher et Gilles Ferréol

Parution : février 2012
Format : 16 x 22 cm / 216 pages

Ouvrage papier : 17 euros – ISBN 978-2-914279-57-4
Ouvrage PDF : 14 euros – ISBN 978-2-914279-58-1

Contenu : Cet ouvrage résulte des échanges et des débats qui se sont déroulés lors de la journée d’étude francophone du 3 décembre 2009, intitulée Place et rôle de l’olympisme dans l’éducation en Europe.
Cette journée a réuni, à Besançon, une quinzaine d’intervenants qui ont débattu de questions relatives aux valeurs de l’olympisme à l’école ou dans d’autres sphères, muséale ou de loisirs par exemple.
À ces communications se sont ajoutés quelques autres textes complémentaires. La plupart ont adopté des points de vue principalement historique, sociologique ou philosophique. Le souci qui a présidé à la rédaction de cette contribution est bien celui d’une quête, non de défense identitaire, mais d’ouverture et de questionnements critiques afin de dépasser les réactions trop tranchées de rejet ou d’adoration que suscite parfois l’olympisme. En effet, il semble que depuis quelque temps, le concept d’éducation olympique redevienne un facteur important de l’acte pédagogique, sinon en France, du moins en Europe : c’est sans doute parce que l’éducation appelle à la transmission de valeurs et que celles-ci sont questionnées dans leur capacité à assurer les défis des temps à venir tout en assurant la pérennité des sociétés.
Il est donc intéressant de voir dans quelle mesure cette éducation est une valeur à prendre en compte, à discuter ou à rejeter, et de quelle manière on peut éventuellement la mettre en oeuvre ou la promouvoir.
Dans tous les cas, il importe de considérer l’olympisme dans toutes ses dimensions, car c’est un objet qui s’impose à la jeunesse, aux éducateurs et aux chercheurs, mais aussi aux politiques et à la société civile par sa réalité tant médiatique que culturelle.

Auteurs : Michaël Attali, Anne Chevalley, Renaud David, Bertrand During, Gilles Ferréol, Konstantinos Georgiadis, Jean-François Loudcher, Régis Malige, Éric Monnin, Jacques Rogge, Jean Saint-Martin, Otto Schantz, Pedro Velazquez Hernandez, Patrick Vassort, Stephan Wassong

par Paul Arthaud

Parution : janvier 2010
Format : 16 x 22 cm / 272 pages

Prix de vente : 18 euros – ISBN 978-2-914279-43-7

Public : Enseignants de langues ; formateurs ; stagiaires

Contenu : Cet ouvrage s’adresse à tous les enseignants de langues ; il montre que le recours à l’informatique, au multimédia et à Internet dans l’enseignement et l’apprentissage d’une langue vivante ne peut se faire sans un travail constant de réflexion et d’analyse fondé sur les données théoriques que fournit la recherche universitaire (en didactique, en linguistique et en sciences de la cognition entre autres).
En partant d’un cas concret, celui de la création et de l’utilisation de micro-tâches pédagogiques sur support numérique pour l’anglais, l’auteur illustre le comment faire.
Les techniques de l’information et de la communication jouent, dans de telles conditions, un rôle de révélateur : elles font émerger des problèmes insoupçonnés et laissent apparaître de nouvelles modalités de travail dans lesquelles l’enseignant devient médiateur, accompagnant l’apprenant. Des perspectives prometteuses s’ouvrent mettant en œuvre savoirs, savoir-faire et savoir-être nouveaux.
· Préface : Jean-Paul Narcy-Combes, professeur à l’université Paris 3-Sorbonne nouvelle, président de l’association pour la recherche en didactique de l’anglais

Auteur : Paul Arthaud

Compte rendu de lecture : Les Langues Modernes 2/2010 : “Pratiques artistiques et pratiques langagières : quelle synergie ?”

l'UTBM EN VIDEO

UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE DE BELFORT-MONTBÉLIARD

90010 Belfort cedex
Tel : +33 (0) 3 84 58 30 00
Fax : +33 (0) 3 84 58 30 30
Etablissement public membre de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), l’UTBM est habilitée par la Commission des Titres d’Ingénieur (CTI) à délivrer le titre d’ingénieur français et le label européen de qualité EUR-ACE pour la reconnaissance de ses 9 spécialités de diplôme d’ingénieur.


+ Mentions légales
+ Contacts

EN DIRECT SUR TWITTER


Aller au contenu principal